Wednesday, January 11, 2017

Death of Father André FORTIN Décès de M. l’abbé André FORTIN


C’est avec regret que nous vous faisons part du décès de M. l’abbé André FORTIN décédé a l’Hopital Montfort le lundi 9 janvier 2017 à l’âge de 84 ans.

Né le 5 juin 1932 à Cobalt, Ontario, il a été ordonné prêtre le 17 juin 1960 à la paroisse Saint-Jean-Marie Vianney, Gatineau. Détenteur d’une maîtrise en bibliothéconomie, ainsi d’une licence en droit canonique, il a été professeur au petit séminaire Pius X pendant près de dix ans, assistant-chancelier, archiviste et, ensuite vicaire judiciaire adjoint puis vicaire judiciaire au Tribunal ecclésiastique de l’archidiocèse d’Ottawa, poste qu’il a occupé jusqu’à sa retraite en 2004. Il a également exercé du ministère dans plusieurs paroisses francophones, anglophones  et bilingues à titre d’administrateur, d’assistant curé et de curé.

Les funérailles de l'abbé André Fortin seront célébrées le lundi 16 janvier à 10 h 30 à la chapelle de la Maison-mère des Soeurs de la Charité d'Ottawa, 27 rue Bruyère, Ottawa et seront présidées par S.E. Mgr Terrence Prendergast, s.j.

Souvenons-nous de lui et de sa famille dans nos prières.

* * * * *

We regret to inform you that Father André FORTIN died on Monday, January 9, 2017 in his 85th year following a brief illness.

Born on June 5, 1932 in Cobalt, Ontario, he was ordained to the priesthood on June 17, 1960 at Saint Jean Marie Vianney Parish in Gatineau. Holder of a Master`s degree in Library Science and a license in Canon Law, he taught at St. Pius High School for close to ten years, served the archdiocese as Assistant-chancellor, Archivist, Associate Judicial Vicar and Judicial Vicar of the Ottawa Ecclesiastical Tribunal until his retirement in 2004. Father Fortin also served French, English and bilingual parishes in the Archdiocese as Administrator, Assistant Pastor and Pastor. 

In his retirement he frequently celebrated  daily Mass for the Sisters of Charity, a short walk from his apartment near Notre Dame Cathedral.

The Funeral Mass will be held on Monday, January 16 at 10:30 a.m. in the Chapel of the Sisters of Charity Motherhouse at 27 Bruyère Street, Ottawa, presided by Archbishop Terrence Prendergast, S.J.

Please remember him and his family in your prayers.

Requiescat in pace.

Wednesday, January 4, 2017

Bishop McGrattan Named Bishop of Calgary, Succeeds Bishop Henry

Mgr William Terrence McGrattan

Aujourd'hui, Sa Sainteté le Pape François a accepté la renonciation de S.E. Mgr Frederick B. Henry, conformément au canon 401, et a nommé S.E. Mgr William T. McGrattan, actuellement Évêque de Peterborough, Évêque du Diocèse de Calgary (AB).

Mgr Frederick B. Henry

Today in Rome it was announced that Pope Francis, in accordance with Canon 401,  has accepted the resignation of Bishop Frederick B. Henry and has named as his successor as Bishop of Calgary, Alberta His Excellency Bishop William T. McGrattan, currently Bishop of Peterborough, Ontario.

Friday, December 30, 2016

Commended to our prayers: Fr Ernst Schoenhammer, OMI, pastor of Ottawa's St Albertus Parish


Ottawa's German-speaking St Albertus Parish is in mourning following the death overnight December 29-30 of their beloved priest who served them for a half-century.

From the Catholic Ottawa list of jubilarians, Spring 2015:

"Born in Bamberg, Germany on May 16, 1938, Father Ernst Shoenhammer was ordained a priest on December 18, 1965. The following year, he began serving the German-speaking Catholic immigrants in Ottawa.

"He served as Chaplain to St. Albertus Pfarrgemeinde and is Pastor of the parish since 1977. He has also served the Archdiocese of Ottawa as Regional Vicar for the pastoral ministry of Region II of the English Sector.

"He received the Cross of the Order of Merit of the Federal Republic of Germany awarded on October 31, 2003, by the President Johannes Rau for serving German-speaking Immigrants since 1966."

Funeral details are pending.

Requiescat in pace.

Friday, December 23, 2016

Death of Bishop Jean Gagnon / Décès Mgr Jean Gagnon de Gaspé


Gaspé Bishop Gaetan Proulx, OSM announced today, December 23, the death of his predecessor after a short illness and commending him to our prayers..  Funeral details will be forthcoming. Requiescat in pace.


"Je recommande à vos prières, Mgr Jean Gagnon, qui est décédé aujourd’hui le 23 décembre 2016 d’une rapide maladie au Centre hospitalier Hôtel-Dieu de Lévis. Il a été évêque au diocèse de Gaspé pendant 15 ans. Les détails des funérailles vous seront annoncés plus tard.

"Le diocèse en deuil est très reconnaissant de tout ce que Mgr Jean Gagnon a donné à son Église. Nous souhaitons à sa famille, à ses nombreux amis et à tous les diocésains et diocésaines de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine nos sincères condoléances."


Gaétan Proulx, évêque de Gaspé


Tuesday, November 1, 2016

Ottawa Archbishop's 2016 Charity Dinner: « Preparing for and experiencing a good death »

Archbishop’s Remarks at the 9th Archbishop’s Benefit Dinner
Ottawa Conference and Event Centre—October 20, 2016


Your Excellencies, reverend Fathers, dear Sisters, dear members and friends of the Archdiocese of Ottawa and supporters of those in need of support at the end of their lives:

On Good Friday, I heard that my friend John Corston was close to death in a palliative care centre. My episcopal vicar, Father Kerslake, and I drove there to be with him, his family, and friends. About thirty of us crowded around his bed praying, chatting, and reminiscing.

Father Geoff and I sang a few hymns and recited prayers for the dying, including granting John the Apostolic Pardon. Our spirits were lifted as we entrusted our friend and fellow-disciple into the Lord’s hands for a peaceful final passage to the Home of the Father. John died a short time after I left, fortified by the sacraments and surrounded by a community of faith.


John Corston was of Ojibwa origin. He was the founding leader of Ottawa’s Kateri Native Ministry. On March 17, 1978, as he heard the story of the Prodigal Son interpreted at a retreat centre, he experienced a profound conversion. Jesus had freed him from the grip of alcoholism, which had held him for many years. John shared his testimony of healing and salvation with First Nations people across Canada. He was an exemplary Christian and a wonderful human being. His beautiful death reflected that reality.

I mention this because, since June 17 of this year, another kind of death has been legally available in Canada. Euphemistically called “medical aid in dying,” it is in fact assisted suicide or euthanasia. However, the permission now granted by law to take one’s life or allow another to assist in terminating does not change God’s moral law, which forbids such practices.

Euthanasia is the deliberate killing of a person by action or omission with the claimed purpose of eliminating suffering. “Action” includes lethal injection and other methods of directly causing death. “Omission” includes withholding medically indicated treatment or nutrition. As a direct and intentional termination of human life, it is immoral and not permissible.

Here is an important distinction. A patient may request not to have treatment or to withdraw treatment when the burdens it brings outweigh any benefits. A doctor may honour this. These decisions are acceptable from a moral viewpoint. Also, medication may be administered to relieve pain and suffering, even when it might shorten the patient’s life. On the condition that this medication is given solely to relieve pain, and not with the intention of ending life, it is morally permissible.

Assisted suicide is collaboration given by another party to a person to kill himself or herself. It is cooperation in an action that is objectively wrong and is, therefore, an immoral act.

Many will try to argue that either euthanasia or assisted suicide is a “compassionate” response to suffering. Such misuse of language must not blind us to the fact that these practices are the deliberate killing of a person.

True compassion calls us to stand with our suffering brothers and sisters and affirm that they are always a gift and never a burden. Their lives are at every moment worthwhile and meaningful. As life nears its natural end, the compassionate response to any pain and hardship is good palliative care, not the killing of the patient.


Quality palliative care is the appropriate way to aid our loved ones at the end of their lives. The Bruyère Centre, one of tonight’s beneficiaries, does this in exemplary fashion.

Palliative care surrounds a person with the spiritual, medical, psychological, and social supports necessary to affirm and uphold their dignity. It assures the best quality of life possible as the patient approaches natural death.

The request for euthanasia or assisted suicide is in direct contradiction to the baptismal call of the dying believer to proclaim at all times, especially at the approach of death, that “it is no longer I who live but Christ who lives in me” (Galatians 2.20).

The Catholic Church is resolutely committed to honouring and protecting human life at every stage from conception to natural death. That is practically the motto of Action Life, our other worthy beneficiary tonight. God alone is the author of life and we are but stewards. From the earliest days of the Church, she has opposed the killing of innocents.

The Scriptures led Justin Martyr, among others, to oppose suicide and the “mercy killing” of infants by exposure in the early second century, when the law of the land had long permitted them. This kind of true progressive thinking led to the legal protection of the lives of innocents across the Roman Empire. On euthanasia and assisted suicide, the Catechism is clear about “the nature of this murderous act, which must always be forbidden and excluded” (CCC 2277).

For Christians, death is not the end, but rather the beginning of a new, resurrected life with God almighty. The catechism teaches that our fate after death ultimately hinges on the state of our souls when we die (CCC 1021).


The solicitude of the Church for her children does not end with death. She continues to intercede for the deceased person and minister to the departed soul’s loved ones. Our funeral liturgies do both.

In Halifax’s St. Mary’s Cathedral Basilica, there is a lovely stained-glass representation of the death of St. Joseph, watched over by his spouse, the Blessed Virgin Mary, and his foster-son, Jesus Christ. It depicts an ideal of loved ones surrounding the deathbed of a believer.

Catholic chaplains in palliative care tell of the beauty and dignity in the unhastened passing of a soul. There are family reconciliations, deep expressions of love, and, yes, conversions to Christ. These experiences cannot compare with the distressing, guilt-inducing taking of a life that is euthanasia.

Please join me in expressing a resolve to affirm life. If we accompany our loved ones in their old age and final illnesses, the forces prompting people to seek suicide and euthanasia will vanish. Bless them with your presence, affection, and prayers as they make the journey to their Creator and Saviour.

Monday, October 31, 2016

«Se préparer à vivre une bonne mort»: Ottawa 9e Souper-bénéfice

Allocution de l’Archevêque au 9ième Souper-bénéfice
Ottawa Conference and Event Centre—le 20 octobre 2016


Excellences, Révérends Pères, Chères Sœurs,
Chers membres et amis de l’Archidiocèse d’Ottawa
et amis de ceux et celles qui sont proches de la mort et qui doivent être protégés;

Vendredi saint dernier, lorsque j’ai appris la nouvelle que mon ami John Corston était à l’agonie, je me suis rendu au centre de soins palliatifs où il avait été admis — en compagnie de mon vicaire épiscopal, l’abbé Kerslake — afin d’être avec lui, sa famille et ses amis, en ces derniers moments. Nous étions une trentaine de personnes autour de lui, à prier, à échanger, à nous rappeler de bons souvenirs.

Nous avons entonné quelques cantiques et récité quelques prières. Je lui ai donné l’indulgence plénière. Malgré la peine du départ, nous avions un certain réconfort de remettre notre ami et notre frère dans les mains du Seigneur Jésus, confiants que celui-ci le conduirait à la maison du Père. John est décédé peu de temps après notre départ. Il est décédé entouré des siens, de personnes de foi et soutenu par les sacrements.

John Corston était d’origine ojibway. Il a été le chef fondateur du Kateri Native Ministry d’Ottawa. Le 17 mars 1978, il vécut une profonde conversion alors qu’il participait à un partage sur la parabole de l’enfant prodigue dans une maison de retraite. Jésus lui permit de se libérer de l’alcool sous l’emprise duquel il avait été prisonnier depuis plusieurs années. John a toujours témoigné par après de cette libération et de la joie qu’il vivait avec les membres des peuples autochtones, un peu partout au Canada. Il a été un chrétien exemplaire et une personne remarquable. La bonne mort qu’il lui a été donné de vivre reflétait bien cette réalité.

Si je vous parle de cela, c’est que depuis le 17 juin de cette année, un autre genre de mort a fait son apparition au Canada. Une prétendue « aide médicale à mourir » — qui n’est en fait rien d’autre qu’une assistance au suicide ou l’euthanasie — est devenue légale dans notre pays. Toutefois, une loi de l’État nous permettant de nous enlever la vie ou d’aider une autre personne à le faire ne peut d’aucune façon changer la loi de Dieu qui ne permet pas de telles façons de faire.


L’euthanasie est un acte qui consiste à provoquer délibérément la mort d’autrui, par action ou par omission, sous prétexte de vouloir mettre un terme à sa souffrance. Par « action », on entend une injection létale ou tout autre moyen qui peut causer directement la mort. Par « omission », on entend le refus d’accorder les soins médicaux requis ou de nourrir le malade. Causer, ainsi, la mort, directement et délibérément, est immoral et n’est jamais permis.

Mais comprenons bien. Un patient peut refuser un traitement médical ou l’interrompre si les souffrances qu’il occasionne surpassent les bénéfices qu’il pourrait apporter. Dans un tel cas, le médecin peut respecter la volonté du malade. Une telle décision est moralement acceptable. Le médecin peut, aussi, administrer des médicaments pour soulager la douleur et les souffrances du malade, même si cela devait réduire sa durée de vie. Lorsqu’un médicament est administré dans le but de soulager la douleur, et non dans l’intention de mettre fin à la vie, il n’y a pas de problème moral.

On parle de suicide assisté lorsqu’une personne aide une autre personne à se donner volontairement la mort en lui en fournissant les moyens ou en offrant l’information sur la façon de procéder. Il s’agit d’une collaboration à accomplir un acte qui est objectivement mal en soi, un acte qui est donc immoral.

Certaines personnes maintiennent que l’euthanasie et le suicide assisté sont des gestes de « compassion » en réponse à la souffrance. Ne soyons pas dupes. Ces pratiques entraînent délibérément la mort d'une personne. Ce sont, en réalité, des meurtres.


La vraie compassion nous appelle, au contraire, à entourer nos frères et nos sœurs qui souffrent;  à leur rappeler comment nous les aimons; à leur rappeler combien ils demeurent précieux pour nous et qu’ils ne sont aucunement un fardeau. Même dans ces moments difficiles, la vie demeure un don et conserve tout son sens. Lorsque la mort naturelle approche, le meilleur geste de compassion que nous pouvons poser, en réponse à la douleur et aux souffrances du patient, c’est de lui permettre de recevoir de bons soins palliatifs.

Les soins palliatifs de qualité sont le meilleur moyen d’aider les personnes que nous aimons à la fin de leur vie. Le Centre Bruyère, un des bénéficiaires du souper de ce soir, offre ces soins de manière exemplaire.

Les soins palliatifs comprennent tout un ensemble de moyens – spirituels, médicaux, psychologiques et sociaux – pour soulager les personnes en fin de vie et assurer leur dignité. Ils cherchent à assurer la meilleure qualité de vie possible jusqu’à la mort naturelle.

Pour un chrétien, demander l’euthanasie ou le suicide assisté viendrait en contradiction avec l’appel reçu au baptême. Jeune ou moins jeune, en pleine force de vie ou à l’approche de sa mort, le baptisé peut toujours proclamer « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi (Galates2, 20) ».

L’Église catholique s’engage résolument à honorer et à protéger la vie humaine en tout temps, de la conception à la mort naturelle. C’est pratiquement la devise du groupe Action pour la vie, le deuxième bénéficiaire du souper de ce soir. Dieu est l’auteur de la vie, nous n’en sommes que les intendants. Depuis ses débuts, l’Église s’est opposée au massacre des innocents. À la lecture des Saintes Écritures, saint Justin, martyr, et d’autres comme lui, se sont opposés au suicide et au « meurtre par compassion » d’enfants au début du deuxième siècle, à une époque où cela était permis. Son geste, qui était tout à fait nouveau en son temps, a mené l’État à accorder une protection légale à ces enfants à travers tout l’Empire romain. Pour ce qui est de l’euthanasie et du suicide assisté, le Catéchisme de l’Église catholique est assez clair : « Quels qu’en soient les motifs et les moyens… elles sont moralement irrecevables » (CÉC 2277).

Pour les chrétiens, la mort n’est pas la fin, mais plutôt le début d’une vie nouvelle avec le Ressuscité, avec Dieu lui-même. Le Catéchisme nous enseigne que la destinée qui nous est réservée après la mort de chacun est en fonction de ses œuvres et de sa foi (CÉC 1021).

La sollicitude de l’Église pour ses enfants ne prend pas fin avec la mort. Elle continue d’intercéder pour les défunts et d’offrir son aide aux personnes qui restent. Notre célébration des funérailles comprend ces deux aspects.

En la Basilique-cathédrale St. Mary à Halifax, il y a un beau vitrail représentant la mort de saint Joseph. Marie, son épouse, de même que Jésus, son fils adoptif, sont à ses côtés. On y voit essentiellement une personne croyante qui est sur son lit de mort et qui est entourée de personnes qui l’aiment.

Les aumôniers qui exercent du ministère dans des centres de soins palliatifs parlent souvent de la beauté et de la dignité d’une mort naturelle bien vécue. Des familles se réconcilient, les personnes se rappellent leur amour les unes pour les autres, et, oui, il y a des personnes qui se convertissent. Ces expériences sont bien différentes de la détresse et de la culpabilité qui sont vécues lorsqu’il y a euthanasie ou suicide assisté.


Je vous invite à voir joindre à moi et à renouveler votre engagement à défendre la vie et la dignité de tous et de toutes. Si nous accompagnons les personnes que nous aimons dans leur vieillesse et dans leur fin de vie, les raisons pour lesquelles des personnes demandent l’euthanasie ou le suicide assisté vont disparaître. Donnez-leur la grâce de votre présence, de votre affection, de votre prière, alors qu’elles s’apprêtent à se rendre auprès de notre Créateur et Sauveur.

Friday, October 28, 2016

Sœurs de l’Institut Jeanne d’Arc— Messe départ de la Maison mère

Sœurs de l’Institut Jeanne d’Arc— le 14 octobre 2016

Départ de la Maison mère – 373, avenue Princeton, Ottawa, ON
  
«À vous grâce et paix… Oui sa miséricorde s’étend d’âge en âge»
[1 Corinthiens 1, 3-9 - Psaume 44 - Luc 1, 39-55]

Mes chères sœurs, membres du personnel de la maison, ami(e)s et bienfaiteurs/bienfaitrices de l’Institut Jeanne d’Arc :

En ce jour, je pense aux sentiments qui vous habitent sans doute, vous, les Sœurs de l’Institut Jeanne d’Arc, vous qui appartenez à cette belle communauté fondée ici à Ottawa par Mère Marie-Thomas d’Aquin (née Jeanne-Lydia Branda) alors que nous célébrons ensemble l'Eucharistie d'aujourd'hui. C’est mon prédécesseur, Mgr Charles Hugues Gauthier, qui a érigé canoniquement votre communauté le 7 octobre 1919.

Tristesse d'un départ. Tristesse de quitter un lieu où, jour après jour, durant des dizaines d'années, vous avez donné le meilleur de vous-mêmes auprès de tant de personnes auxquelles vous vous êtes attachées. À cette tristesse, se mêle aussi la joie de savoir que l'œuvre à laquelle vous vous êtes consacrées va se poursuivre autrement. Ces jours-ci, c’est l'action de grâce qui doit dominer. Action de grâce pour ce qui a été vécu et accompli ici, action de grâce pour le moment que nous vivons présentement et action de grâce pour le temps qui vient. Passé, présent et avenir reposent entre les mains de Dieu, invitent à la joie et méritent nos louanges.

Le pape émérite Benoît rappelait que : Marie « sait regarder en profondeur », « elle se laisse interpeler par les événements »  et « acquiert ainsi cette compréhension que seule la foi peut garantir ».

La foi nous permet de vivre en harmonie avec Dieu. Le Dieu auquel Jésus nous demande de nous rallier et d’aimer, n’est pas un Dieu redoutable qu’il faudrait craindre. Il n’est pas l’auteur des maux qui nous accablent. Il est plutôt le compagnon fidèle et discret de notre vie de chaque jour, celui seul qui est capable de redonner, au dernier jour, une force de vie extraordinaire à notre corps qui, malgré la fatigue et l’usure, cherche à vivre encore.

Dans l’évangile aujourd’hui, Marie, vit la joie de la Visitation dans la foi, mais nous le savons, elle devra, plus tard, traverser l’obscurité de la crucifixion de son Fils, avant d’accueillir la lumière de la Résurrection. 

Je cite encore Benoît XVI : « Ce n’est pas différent pour le cheminement de foi de chacun d’entre nous : nous rencontrons des moments de lumière, mais aussi des passages où Dieu semble absent, où son silence pèse dans notre cœur et où sa volonté ne correspond pas à la nôtre, à ce que nous voudrions. Mais plus nous nous ouvrons à Dieu, en accueillant le don de la foi, en mettant toute notre confiance en lui, comme Abraham et Marie, et plus il nous rend capables, par sa présence, de vivre toutes les situations de la vie dans la paix et la certitude de sa fidélité et de son amour. Mais cela signifie sortir de nous-mêmes et de nos projets, pour que la Parole de Dieu soit la lampe qui guide nos pensées et nos actions. »

À l'occasion de ce départ, rendons grâce pour les religieuses qui, depuis votre arrivée ici, ont vécu, prié et accompli tant de belles choses… des petites et des grandes! Rendons grâce pour cet immense travail apostolique réalisé… au service de l’Église et de la société… Alors que nous arrivons bientôt au terme du Jubilé de la miséricorde, rappelons-nous que les œuvres de miséricorde ont été une réalité de tous les jours pour vous!

Aujourd’hui, je profite de cette belle occasion qui m'est offerte pour vous exprimer toute mon estime et celle de l’Église d’ici, et de vous dire merci, une fois de plus, pour votre présence ici et ailleurs. L’archidiocèse d’Ottawa n'oubliera jamais la longue et féconde présence des Sœurs de l’Institut Jeanne d’Arc. Alors que vous quittez votre Maison mère, soyez assurées de notre reconnaissance pour tout ce que vous avez fait. Nous vous aimons beaucoup.  



Vous avez accompli votre mission d'accueillir des jeunes filles, des jeunes femmes, d’ici et de tous les pays, qui venaient étudier ou travailler à Ottawa avec un admirable dévouement et avec beaucoup d’humilité. Vous avez généreusement accueilli et accompagné des religieuses d’ici et d’ailleurs… Vous avez aussi offert un service d'hébergement temporaire à des passantes ou visiteuses. Tout cela est authentiquement évangélique! Dans nos vies, nos rencontres sont enrichissantes. Elles sont source de joie et nous aident à nous tourner vers Dieu.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Marie se rend disponible… « Marie entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Marie resta avec Élisabeth environ trois mois ». Marie ne fait pas seulement une visite de courtoisie, elle prend le temps, elle donne son temps. Sa cousine Élisabeth est sans doute désemparée devant ce qui lui arrive (… à son âge!). De plus, Zacharie, qui n’a pas voulu croire aux paroles de l’ange, est devenu muet. Marie sent sûrement la crainte et la gêne qui se sont installées entre mari et femme. Elle accueille la situation avec respect, elle demeure avec eux, attentive à leur inquiétude mêlée de joie.

C’est bien, à la suite de Marie, ce que vous avez cherché à faire pour les autres ce que vous avez toujours recherché à accomplir entre vous… accueil et service.

La femme la plus importante dans la vie de Jésus a été Marie, sa mère. L'Évangile ne nous dit pas si elle a marché à ses côtés durant sa vie publique, mais elle est toujours demeurée attentive à tout ce qu'il avait besoin pour grandir, enseigner et agir. Elle portait tout dans son cœur et elle est demeurée solidaire de l'enfant qu'elle aimait en toutes circonstances. Au tout début du ministère de Jésus, on ne s'étonne pas de la voir présente à Cana et de voir quelle confiance elle porte en son Fils qu’elle invite à réaliser son premier miracle, signe de la fête éternelle qui nous est promise. On ne s'étonne pas non plus de la voir se tenir au pied de la croix, lorsque l'heure est venue pour son Fils de rendre l'esprit – don pour le salut de l’humanité et signe de son grand amour pour chacun, chacune de nous.




Je mentionnais tantôt que vous avez généreusement accompagné et accueilli des religieuses d’ici et d’ailleurs… et bien c’est maintenant votre tour d'être accueilli par une communauté. D’ici peu, vous vous retrouverez chez les Filles de la Sagesse. La page d’évangile d’aujourd’hui nous montrait Élisabeth qui accueille Marie chez elle… Voilà une mission que vous connaissez  bien…  accueillir et être accueillis… Encore une fois, ce que vous vivez est dans la ligne de l’Évangile.

Chères sœurs, puissiez-vous toujours continuer à vivre en chantant les paroles du Magnificat de Marie. Ne vivez pas dans la nostalgie des jours passés. Continuez de vivre comme vous avez toujours vécu. Vivez convaincues que chaque heure est à remplir d'amour, de joie, d'abandon et d'action de grâce. La Parole de Dieu poursuit son effet sur cette terre et le Royaume de Dieu se bâtit peu à peu. Merci d’y avoir participé de tant de façons. Merci d’y contribuer encore si généreusement!